• The Australia day

    Hier, le 26 janvier, c'était l'Australia day, le jour de la fête nationale australienne !

    Et pour cette occasion, nous avons eu un beau programme : le matin, Craig et moi, sommes montés tout en haut d'un eucalyptus du parc Girrahween, qui se trouve juste en face de chez nous. Les eucalyptus font partie des arbres les plus grands de la planète (autour de 110 mètres). L'un d'eux, très connu, se trouve en Tasmanie. Seuls les séquoias américains les surpassent (seulement de quelques mètres). 

    The Australia day

     

    Je n'ai aucune idée de la taille de l'arbre que nous avons escaladé mais il est si grand qu'on le voit depuis le ciel. 

     Vous voyez le point A sur la carte ? Juste à côté il y a une clairière avec au milieu un arbre. C'est celui-là ! Il nous a fallu deux heures pour atteindre le sommet (enfin, 2 heures pour moi, 10 minutes à Craig, mais c'est son métier !).

     

    The Australia day

     

    Plus on monte, plus évidemment, les branches sont fines. Ce sont celles-là aussi qui servent à assurer la progression en sécurité autour de la corde. Il faut donc bien les choisir et il est rassurant d'avoir un spécialiste avec soi. Tout en haut, il y a du vent et ça bouge fort !

    Après la descente, et dans la grande tradition australienne ! nous avons fait un barbecue.

    Le 26 janvier commémore l'arrivée de la première flotte (the first fleet) en 1788. Après avoir accosté à Botany Bay, les onze bateaux emmenés par le capitaine Arthur Phillip se sont établis à Sydney Cove (le quartier de Circular Quay près de l'opéra house). "The rocks" est ainsi le quartier le plus "ancien" de Sydney si on se limite à son histoire occidentale. 

    Jusqu'à très récemment, c'est aussi à Circular Quay qu'arrivait la plupart des immigrés australiens et les lieux font partie intégrale de l'imagerie australienne, au même titre que la photo ci-dessous qui a été réalisée par un Français (le modèle est sa fille) et qui est sensée représenter la jeune Australie.  

    The Australia day

    Selon la très sérieuse NSW State Library, l'utilisation et la distribution de cette image sur Internet explose chaque année le 26 janvier

     

    En 1788, il s'agissait pour la couronne britannique de fonder une colonie pénitentiaire. A cette fin, les bateaux emmenaient environ 1 400 personnes. Mais le compte exact n'est pas connu avec certitude.

    Pour les Aborigènes et certains Australiens, l'Australia day est aussi connu sous le terme d'Invasion day, le jour de l'invasion.

    En 1938, les aborigènes ont proclamé un "day of Mourning", un jour de deuil, le 26 janvier pour protester contre le traitement qui leur était fait depuis l'arrivée des occidentaux, 150 plus tôt.

    Il y a quelque chose d'assez incroyable à imaginer ces femmes, ces hommes et ces enfants d'Europe, envoyés à l'aventure sur un continent dont personne ne connaissait la taille exacte, à un endroit qu'une bande d'explorateurs avait découvert par hasard 18 ans plus tôt et où personne n'avait remis les pieds depuis ! Il fallait tout apporter avec soi et les ennuis qu'ont eu les premiers arrivants n'ont pas manqué. Il faut espérer que c'est la naissance de cet élan que célèbrent les Australiens ce 26 janvier et non la tragédie qui a durement affecté les peuples autochtones et qui continue aujourd'hui encore. 

    Si le monde entier connaît le drapeau australien, peu sont encore à connaître le drapeau du peuple aborigène. A Uluru, on le trouve partout, sur la tenue des rangers du parc dont il est l'emblème comme sur les souvenirs de mauvais goût "made in China". Ce drapeau a été hissé la première fois le 12 juillet 1971 à Adelaide lors du premier "Aboriginal day". Il est désormais hissé sur de nombreux bâtiments publics à travers toute l'Australie. Le noir y représente le peuple aborigène, le rouge, la terre et le jaune, le soleil.

     

    The Australia day

     

    En novembre dernier, alors que nous étions dans le quartier de Newtown, nous sommes tombés sur une version détournée de ce drapeau. Ca m'a fait rire et j'ai trouvé cela très fin et intelligent, si bien que je l'ai prise en photo : 

    The Australia day

    Il est écrit "Gardez vos recettes et votre preuve d'achat". Cette œuvre urbaine était agrafée sur un poteau électrique. En reprenant l'insigne très connu d'une marque sportive - qui n'est finalement qu'un boomerang et en le plaquant sur le drapeau aborigène, l'artiste insinue que le pillage de la culture et des valeurs aborigènes sont faits au profit d'un monde mercantile où pour exister et revendiquer la propriété de quelque chose, il faut avoir une "preuve d'achat".    

     

    Hier, en fin d'après-midi, nous nous sommes retrouvés au Domain (l'ancienne demeure du premier gouverneur et qui est aussi un jardin associé au Royal Botanic Garden). Depuis le début de l'été et les grandes vacances se déroule le Sydney Festival, des centaines d'attractions et de spectacles ont lieu dans toute la ville. Cet après-midi là, il y avait par exemple une exposition de voitures anciennes dans le centre ville. Le point d'orgue du Sydney Festival cette année était "Symphony in the domain", un immense concert de musique classique en plein air réalisé par l'orchestre philarmonique de Sydney. Chose rare, l'orchestre est dirigé par une femme, Simone Young. Les morceaux étaient entrecoupés par des extraits de pièces de William Shakespeare lus par John Bell, un comédien et metteur en scène australien. C'était la première fois que les enfants voyaient un concert classique en direct. A cette occasion, nous avons découvert que Jules a le son dans le sang : il ne pouvait pas s'empêcher de danser, façon "chef d'orchestre". 

    The Australia day

     

    Comme souvent en Australie, l'organisation est étonnante, des bénévoles distribuent des couvertures pour s'assoir dans l'herbe (couvertures spéciales qui permettent à l'herbe de respirer !), d'autres passent avec de la crème solaire. L'ambiance est bonne enfant, même si cette fois-ci, l'alcool est autorisé. Certains sortent les bouteilles de Champagne, d'autres les packs de bières. Ca débute par l'hymne australien (et ce n'est pas "God save the Queen"), ensuite Roméo et Juliette de Tchaïkovsky puis le très long The planets de Holst (au début, on se croirait dans Star Wars). A la fin, on a eu le droit à l'ouverture de 1812 de Tchaïkovsky dans lequel on reconnait à plusieurs reprises les notes de la Marseillaise et où des canons font partie de l'orchestre. A l'ultime fin, un feu d'artifice avec la musique clôturait avec panache la représentation. Eblouissant ! 

     

    The Australia day

     


  • Commentaires

    1
    Frudy'M
    Jeudi 30 Janvier 2014 à 01:35

    Bravo David pour ton ascension impressionnante !!!! Belle journée de souvenirs...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :